se_module_calendrier_27 - style=default - background=
<<   201609<20178 Septembre 2017 >201710   >>201809
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
27201709


PDF Imprimer Envoyer

Les Juniors à Hotton

 

Visite du Rivéo, le  27 octobre 2011

 

Quelle belle journée que celle-là ! Comme s’écriait un des juniors : « C’est une sortie que je n’oublierai jamais ! ».

 Sous la conduite du guide, Mr. Bihain, nous avons en effet pu admirer, à travers les pièces d’une maison de

 maître-classée-, l’exposition consacrée aux libellules.

 

Au départ d’une mare illustrée joliment par des artistes choisis, nous avons découvert la vie des odonates,

 depuis la larve jusqu’à l’état adulte (imago) ; d’autres habitants de ce milieu nous attendaient, comme les

éphémères, qui ne vivent qu’un jour.

Les étapes de la découverte, imaginées sous forme de conte mettant en scène le jeune Corentin,

aboutissaient à la création, à son tour, d’une mare afin de mieux observer ce monde sans pour autant

devoir en capturer les habitants, car les mares se colonisent d’elles-mêmes.

Au fil des étages, un historique des libellules était évoqué, incluant une présentation de leurs organes.

Pour illustrer les yeux, par exemple, les juniors se sont emparés des masques imitant la vision de

l’insecte. Sans oublier, in fine, les prédateurs qui attendent inévitablement ces belles, comme le faucon hobereau.

Hotton1

  …les juniors se sont emparés des masques

 

Une fois ce tour effectué, place aux aquariums, placés dans un local qui nous donnait l’impression

 d’être immergés ! Là, Mr. Bihain a poursuivi en présentant les habitants de nos rivières : leur

 anatomie –branchies, nageoires etc..- et a enchainé avec un jeu par équipes, ou chacun devait,

à l’aide d’indices, retrouver l’espèce dont il s’agissait.

Pendant ce temps, les adultes accompagnants en apprenaient sûrement autant, et nous n’étions

pas trop, avec Raphaël et Michèle, pour contenir l’enthousiasme de nos jeunes.

Le pique-nique sur l’herbe,  parmi les arbres aux couleurs automnales, nous aura permis de goûter

 les derniers rayons du soleil. Les juniors avalant bien vite leur collation pour aller à la découverte

de la vie aquatique entre les deux bras de l’Ourthe.

 

 

Hotton2

 
PDF Imprimer Envoyer

 

Le 31/10/09 nous visitions les étangs de Monsieur Urdich, où nous avons observé les écrevisses à pattes rouges.

Voici quelques photos:

Un "unipinciste"

astacus1

Celui-ci nous montre ses pinces bien rouges

astacus2

Après-midi ,avec papa, nous avons photographié ce goujon.

 

goujon

Florian SIMON.

 

 
PDF Imprimer Envoyer

Photos du CAMP à RECHT (4 et 5/08/2009):

camp6

camp7

camp8

camp9

camp10

camp11

camp12

camp0

camp1

camp2

camp3

camp4

camp5

 
PDF Imprimer Envoyer

A la découverte du monde souterrain à la grotte Ste Anne à Tilff.

speleo1-2008

Le 18 octobre 2008, nous avons vécu une journée particulièrement intéressantePour nous tous, c’était une première : la découverte d’une grotte, une vraie où il faut s’équiper d’un casque, de bottes.Dans le cadre du Contrat de rivière de l’Amblève, Pascal Schmitt nous avait proposé de nous initier à la spéléologie avec quatre autres guides de son association.

Au pied de la falaise, à l’entré de la grotte Ste Anne à Tilff, nous ne sommes pas rassurés. Maurice, Claude et Marie ne le sont pas plus que nous ; l’entrée est tellement petite !

Après les recommandations et les consils utiles, nous pénétrons dans la frotte par un boyau plutôt étroit. Seules les lampes fixées à nod casques diffusent une lumière suffisante pour nous permettre de nous orienter, tout en dessinant d’étranges silhouettes sur les parois.

speleo2-2008speleo3-2008

Pascal nous explique comment se sont formés, durant des siècles, ces grottes creusées dans la roche calcaire. Quand on voit la falaise de l’extérieur, on ne peut vraiment pas s’imaginer qu’elle renferme un univers aussi étonnant.Nous avançons, tantôt courbés, tantôt escaladant une roche pour nous hisser ensuite dans une galerie qui plonge dans la rivière souterraine.Cette dernière a creusé, au long des années, son chemin dans la roche, créant parfois des cavités béantes.Un peu partout autour de nous, on peut voir l’eau suinter des parois.

Pascal nous parle de l’importance de l’eau et des conséquences graves de la pollution des eaux de surface dans un sol aussi perméable. C’est en effet la même eau qui est pompée par les communes pour desservir les habitants en eau potable.

Il signale que la température à l’intérieur de la grotte reste presque constante. Elle est de 7 à 10 degrés. C’est la raison pour laquelle les chauves-souris et certains papillons s’y réfugient en hiver pour hiberner.

Au bout des différents labyrinthes, il reste une dernière difficulté. La « boîte aux lettres », passage délicat qui demande un véritable exercice de « ramping ». La moitié des participants décide d’aller au bout. Les autres redescendent dans le lit de la rivière. Pascal explique également que le club de spéléo avait dû fermer l’entrée, car des visiteurs peu scrupuleux dégradaient le site et y abandonnaient leurs déchets.Après cette journée instructive, nous étions heureux d’avoir dû nous surpasser dans l’effort et effacer nos peurs.Une vraie école de vie, la spéléo ! Nous pouvons remercier les sympathiques guides qui nous ont permis de franchir tous les obstacles sans trop de difficulté.

Merci Pascal pour cette merveilleuse expérience.

Les juniors.

speleo6-2008

 

 

 

 

 

 

speleo5-2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

speleo4-2008

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

speleo8-2008

 

 

 

 

 

 

 

 
PDF Imprimer Envoyer
Visite d’une galerie souterraine à Recht   A patrimoine nature nous ne « visitons » pas seulement les forêts, zones humides …Mais nous visitons également d’anciennes mines !!! Les animateurs ont organisé une visite dans l’ancienne mine de Recht où l’on extrayait le « schiste » et « la pierre bleue ».

Le schiste est une pierre formée à partir de couches de sédiments qui se sont superposées pendant des millions d’années.  Le schiste était d’abord extrait à ciel ouvert. Ensuite, les profondeurs devenaient de plus en plus importantes, alors les 3 frères Margraff décidèrent de creuser une galerie souterraine pour extraire le schiste. En 1890, une deuxième galerie fut mise en exploitation. Elle se trouve environ 50 mètres en dessous de la première galerie souterraine, dite galerie supérieure. Cette galerie est aujourd'hui ouverte au public. Dans la mine nous avons pu observer plusieurs roches :

  • Le coticule : est une roche que les barbiers utilisaient souvent, au Moyen Age pour aiguiser leur couteau à raser. En clair, c’est une roche à aiguiser.
  • L’arkose : roche solide, très dure, de couleur rougeâtre qui se compose de titane, de fer, de cristaux, de quartz et même parfois de l’or.
 Dans la mine, il y avait aussi deux murs. Entre ces deux murs il y avait environ 8000 litres d’eau. Recht était d’ailleurs à une certaine époque alimentée par l’eau de la grotte. Dans la galerie il y a aussi un petit lac où l’eau est étonnamment claire.Presque toute la mine a été creusée au burin et seulement une partie a été creusée par des explosifs. Lorsqu’ ils voulaient faire sauter une partie de la mine, ils creusaient une ligne profonde de environ 2 cm et ensuite ils y glissaient les explosifs qu’ils recouvraient avec de l’argile. Quand tout était en place, tous devaient sortir car cela faisait des poussières abominables qui tombaient deux à trois heures plus tard. Après les coups de burin, nous avons été voir la « Cathédrale », l’endroit principal où était extrait le schiste. Dans les murs de la « Cathédrale » se cachaient des veines d’eau potable. On les appelle les veines minérales. Dans toutes les mines, les mineurs travaillent avec du bois de sapins car celui-ci « parle » ; c’est-à-dire que quand il craque, le mineur sait plus ou moins dire ce qui ce passe.Arrivés près de grands panneaux, on nous a expliqué que 30 à 40 personnes se sont réfugiées dans cette mine en noël 44 pendant environ 6 semaines.

Dans cette mine, un homme est décédé le 2 août 1984: Mr Nicolas Zangerle. Il est décédé car une grosse pierre de pierre bleue lui est tombée dessus et hors de cette pierre a été taillée sa tombe. Ils avaient 8 enfants et sa femme a dû en abondonner 6.

 

Emily Hugo